Rechercher
  • lealegrand

Une bulle immobilière en chine ?

Le marché de l’immobilier chinois s’est « ouvert » depuis 1998.

#bulleimmobilierechine #chine #realestatebubble #bubble #EMC






Devenir propriétaire fait encore partie du pacte social pour de nombreux ménages,

les primo-accédants par exemple deviennent propriétaires mais généralement grâce l’aide de leurs parents.


En parallèle, des ménages étrangers déménagent pour raison professionnelle avec des postes de cadre et deviennent propriétaires lors de leurs installations dans les grandes villes.

Si le gouvernement avait facilité aux ménages l’accès aux prêts, par le biais d’aides administratives, à présent nous constatons la situation inverse : le gouvernement chinois tente de ralentir la spéculation immobilière.


Le marché immobilier quant à lui, a connu une augmentation des stocks ces dernières années. Les trop nombreuses constructions de programmes allant même jusqu’à créer parfois des villes dites « fantômes » dûes aux nombreux logements vides dans certaines zones. Pourtant certaines villes connaissent de très fortes augmentations de prix au m2 en peu de temps laissant présager une bulle immobilière, qui risque de s’éclater si le marché rencontre une « correction des prix ». On peut citer par exemple les villes de Pékin, ou encore Honkong.


Le marché immobilier rencontre des paradoxes.

La ville de Shenzhen a connu une variation prix au m2 de 167% entre 2015 et 2016 et Beijing une augmentation de 49%. En 2016, Shanghai a connu une augmentation de 42% du prix des terrains vendus par rapport au prix de lancement. Ce sont les villes de province qui ont parfois connu un ralentissement conséquent, même une baisse du prix au m2 comme le démontre la ville de Haikou ayant perdu 23% de sa valeur au m2.


L’exemple le plus significatif est sans doute la ville Yanjiao située à une heure de route de Pekin. A l’origine, Yanjiao avait connu une très forte demande dûe à sa localisation idéale pour les ménages travaillant dans la capitale et qui ne sont pas en capacité financière de supporter les prix marché immobilier pékinois. Pour répondre à cette demande, des promoteurs ont construit de nombreux programmes immobiliers. Cependant, en 2019 et en seulement 2 ans, Yanjiao a connu une très forte baisse de la demande provoquant une chute de prix au m2 de plus de 50%, certains promoteurs ont dû mettre la clef sous la porte.


Ce contexte économique s’explique notamment par le facteur politique. La politique immobilière du pays est complexe due aux problématiques différentes parfois même opposées que rencontre le marché immobilier selon certaines régions.


En 2016, le gouvernement a mis en place des mesures permettant le déstockage des biens et à l’inverse la redynamisation de la demande dans certaines régions.

Afin de freiner la monté des prix, le gouvernement a plafonné le montant des parcelles dans la ville de Suzhou, parallèlement des mesures ont été prises dans la ville de Manjing afin de plafonner la prime des promoteurs lors de la mise aux enchères de terrain acquis.


Le marché locatif

Nous pouvons constater que les aléas du marché ont pu par le passé, freiner les jeunes générations à devenir propriétaire par le biais de prêts à long terme.

Louer n’était pas dans les meurs, la location n’était pas envisageable pour les générations précédentes, du fait que l’accession à la propriété était bien plus abordable.

De plus ces nouvelles générations déménagent au grès de meilleures opportunités professionnelles et sont ainsi plus mobiles.


Désormais, la location s’est démocratisée en étant le reflet de nouveaux modes de vie.

Devant l’éclosion du marché locatif des sociétés comme ; Alibaba, tencent, JD.com ont souhaité investir dans le secteur de la pierre chinoise. En encourageant en 2016 le marché locatif, avec des mesures comme une réduction et la suppression de TVA des revenus locatifs en fonction du montant des revenus locatifs le gouvernement espère que ce marché se développera davantage

Cependant face au risque de la spéculation, le gouvernement a mis en place des logements publics à loyer modérés à Pekin et à Beijing. Pour accéder à ces logement les demandeurs doivent être de « nouveaux employés » et avoir entre 18 et 35 ans. Alors qu’en 2019, les prix des logements neufs n’ont augmenté que de seulement 0,8% sur l’ensemble du pays.

Il parait important de rappeler que le secteur de l’immobilier est un pilier de l’économie chinoise, ainsi le gouvernement devrait continuer à tempérer un marché immobilier parfois spéculatif malgré un ralentissement envisagé.


Source :


Rapport Amundi Asset Managment – Cross asset investment strategy – Le marché immobilier chinois est-il en situation de bulle ?


LIEN : https://investir.lesechos.fr/traders/forex-infos/chine-indicateurs-croissance-et-production-industrielle-au-dessus-des-attentes-1665088.php

https://www.lesechos.fr/monde/chine/a-yanjio-la-bulle-immobiliere-chinoise-a-deja-eclate-793363

https://www.forbes.com/sites/wadeshepard/2019/10/29/china-now-has-an-answer-to-its-housing-crisisits-called-rent/#54352ef61a60

https://www.scmp.com/economy/china-economy/article/2181808/why-chinas-housing-market-bubble-wont-burst-any-time-soon


0 vue
 

12 rue Belgrand, Levallois-Perret

©2019 par EMC - ESPI MONDE CHINOIS. Créé avec Wix.com